Tous Migrants : Infos

Lettre d’information Tous Migrants

Alerte Mobilisation pour le Procès des 7 solidaires de Briançon le 8 novembre à Gap  … et autres nouvelles d’Octobre-Novembre

Bonjour à tous,
Au sommaire de cette lettre d’information :

  • le procès des 7 solidaires de Briançon du 8 novembre : mobilisez-vous avec nous : signez la pétition, participez à la cagnotte, « accrochez » votre solidarité,  venez aux soirées de soutiens à Paris le 3, Guillestre le 7, manifestez à Gap le 8 novembre
  • un point d’information sur les actions en justice désormais menées par Tous Migrants, nouvelle étape jugée nécessaire pour faire cesser les violations des droits fondamentaux à la frontière
  • un appel à témoignages lancé par le collectif Justice pour les jeunes isolés étrangers (JUJIE) dénoncer les violations des droits de l’enfant et la maltraitance institutionnelle dont ces enfants sont victimes
  • la création de l’Association Nationale des Villes et Territoires Accueillants
  • quelques conseils de lectures

Pour une information régulière, pensez à consulter notre page Facebook Tous Migrants mais aussi notre site internet www.tousmigrants.org qui, grâce à de nouvelles bonnes volontés, regroupe enfin l’information essentielle.

Merci de votre engagement et votre soutien. Solidairement,
Pour l’équipe de coordination Tous Migrants,
Marie

 

LE PROCES DES 7 SOLIDAIRES DE BRIANÇON (les « 3+4 »)

Ils risquent la prison pour avoir aidé des personnes migrantes en danger dans les Alpes. Bastien, Benoit, Eleonora, Juan, Lisa, Mathieu et Théo vont être jugé·e·s le 8 novembre 2018 au tribunal de Gap (Hautes-Alpes).

Leur seul tort : avoir participé le 22 avril dernier, dans un contexte de militarisation croissante de la frontière franco-italienne, à une marche solidaire pour dénoncer les agissements du groupuscule Génération Identitaire qui menait une opération d’intimidation violente et d’incitation à la haine au col de l’Echelle (Briançon). Pour cela, ils risquent jusqu’à 10 ans de prison et 750 000 euros d’amende. Il s’agit de peines normalement réservée à la criminalité organisée. A travers eux, ce sont non seulement des associations régionales et nationales qui sont visées, mais plus largement toutes celles et tous ceux qui chaque jour, par simple humanisme ou parce qu’ils aspirent à un modèle de société plus juste et plus humain, apportent leur soutien à celles et ceux qui en ont besoin et ce quelle que soit leur origine.

COMMENT SE MOBILISER CONTRE CETTE NOUVELLE INJUSTICE ?
Des soutiens s’organisent dans toute la France, en Italie (voir l’appel à soutien signé par plus de 40 organisations italiennes en français et en italien), en Suisse…

Mais à mon niveau individuel, que puis-je faire? 
JE SIGNE LA PETITION lancée par la CIMADE
– JE M’INFORMEpage Facebook et site du comité de soutien des 3+4, communiqué de presse Tous Migrants du 30 Octobre
– JE FAIS UN DON : via chèque ou virement à Tous Migrants (préciser « pour les 3+4 de Briançon », ou en participant à la cagnotte. Nous serons sur le marché de Briançon le 7 Novembre à votre rencontre.
J’AFFICHE MON SOUTIEN en achetant et accrochant une banderole à ma fenêtre à partir du 1er novembre : « Notre fraternité n’a pas de frontière »- prix minimum conseillé de 10 euros (prix coûtant : 15,60 euros)
– JE ME PORTE VOLONTAIRE pour aider à l’organisation logistique des 7 et 8 novembre dans les Hautes-Alpes (soirée de Guillestre, journée de mobilisation à Gap) en indiquant mes disponibilités
– JE PARTICIPE aux soirées de soutien organisées à Paris le 3 novembre, à Guillestre (05) le 7 novembre
– JE M’ASSOIS en tant que lycéen de Briançon le 7 novembre à 8h devant mon lycée d’altitude, à l’occasion du sit-in organisé par mes camarades
– JE MANIFESTE à Gap le 8 novembre à 8h30.

 

ACTIONS EN JUSTICE DE TOUS MIGRANTS
L’association Tous migrants a déposé deux nouveaux signalements auprès du procureur de la République pour des faits impliquant des membres des forces de l’ordre à la frontière : guet-apens et courses-poursuites en montagne, accompagnés de gestes menaçants, armes au poing ; propos menaçants et insultants ; actes de violence physique et psychologique ; obligation d’exécuter des gestes humiliants sous la contrainte ; vols d’argent et de téléphone ; destruction de documents d’identité́ ; faux en écriture ; délaissement de personnes vulnérables.

Ces signalements obligent les responsables hiérarchiques des forces de l’ordre sur le département. La poursuite et l’aggravation des violations des droits fondamentaux à la frontière depuis le printemps dernier, et l’attitude de déni dont ces responsables ont fait preuve jusqu’ici, posent un grave problème à notre démocratie alors que ces violations ont été́ maintes fois dénoncées par : une quinzaine d’alertes et communiqués de Tous Migrants depuis novembre 2016, l‘avis de la Commission nationale consultative des droits de ‘homme (CNCDH) du 1er juillet 2018, le communiqué inter associatif du 16 octobre 2018 suite aux observations à la frontière effectuées les 12 et 13 octobre 2018 (50 bénévoles, 6 avocats du barreau de Gap, 3 avocats italiens, ONG du CAFFIM), les signalements et plaintes déposés par nos avocats, les décisions de justice invalidant certaines décisions prises par la préfecture, le Département et la Direction académique ne respectant pas les droits de personnes exilées et notamment de mineurs isolés.

Ces actions en justice sont un levier complémentaire de la sensibilisation de l’opinion publique. A travers elles, il s’agit de mettre un coup d’arrêt aux pratiques policières illégales, traques et violences, qui bafouent les droits fondamentaux. Il est également essentiel que cesse toute intimidation et poursuite envers les personnes solidaires.

Lire notre communiqué de presse du 30 Octobre
Télécharger le dossier de presse comprenant l’ensemble des documents relatifs aux actions en justice.

 

APPEL A TEMOIGNAGES du collectif Justice pour les jeunes isolés étrangers JUJIE

ENVOYEZ VOS TEMOIGNAGES (resf.info@rezo.net)
Laissés à la rue pendant des semaines ou des mois sans pouvoir être entendus pour défendre leurs droits, victimes d’une politique du soupçon qui, dans de très nombreux cas, aboutit à la contestation de leur minorité, bientôt fichés avec l’ouverture d’un fichier national biométrique, les mineurs non accompagnés sont traités de façon indigne par les institutions qui devraient assurer leur protection, Conseils départementaux, services de l’Aide Sociale à l’Enfance, parquets des mineurs, tribunaux pour enfants.

A l’occasion de la journée internationale des Droits de l’enfant le 20 novembre, le collectif Justice pour les jeunes isolés étrangers (Jujie) lance une campagne de sensibilisation et de mobilisation aux côtés de ceux qu’on appelle Mineurs Isolés Étrangers ou Mineurs Non Accompagnés selon la terminologie officielle.

Du 25 octobre au 20 novembre, Jujie publiera chaque jour sur son blog un témoignage sur la maltraitance institutionnelle dont ces enfants sont victimes, ainsi que chaque lundi un dessin et un texte destinés à lutter contre les idées reçues au sujet des mineurs isolés étrangers. Le 20 novembre des initiatives concertées donneront une visibilité publique à ces jeunes et à ceux qui les soutiennent.
Jeunes écrivant eux-mêmes ou aidés par un soutien, travailleurs sociaux écœurés de devoir trier des enfants à la place de leur mission éducative, militants et bénévoles contraints de tenter de pallier les carences des responsables, diront jour après jour ce qu’est la réalité de cette jeunesse discriminée et abandonnée.

NOTA BENE A PROPOS DES MINEURS : voir aussi l’issue positive d’un référé liberté (article du Dauphiné Libéré): l’inspection d’académie des Hautes-Alpes condamnée par le tribunal administratif de Marseille à scolariser trois jeunes mineurs

 

ASSOCIATION NATIONALE DES VILLES ET TERRITOIRES ACCUEILLANTS

Créée le 26 septembre dernier à Lyon, dans le sillage de la Convention nationale sur l’accueil et les migrations de Grande-Synthe de mars 2018 et des Etats-généraux des migrations en cours depuis décembre 2017, l’Association Nationale des Villes et Territoires Accueillants a pour vocation de rassembler des élu.e.s de tous bords, à titre personnel ou au nom de leur collectivité.

Cette association s’est fixée pour objectifs de rassembler les élu.e.s pour qu’ils puissent échanger, mutualiser les pratiques d’accueil qui fonctionnent, être accompagnés dans leurs démarches, mais aussi se mobiliser collectivement, avoir un cadre de dialogue avec l’Etat, et contrer les atteintes aux droits (voir la Plaquette et les statuts pour les objectifs exhaustifs).

Totalement indépendante de toute démarche partisane et de tout mouvement associatif existant, elle regroupe des élus (adhérents individuels) et des collectivités parmi lesquels les membres fondateurs : Villes de Grande-Synthe, Grenoble, Lyon – 1er arrondissement, Ivry-sur-Seine, Montreuil, Briançon, Nantes, Strasbourg, Saint-Denis, Elu.e.s d’opposition du 7ème arrondissement et de la métropole de Lyon, d’Echirolles et de la Région Auvergne Rhône Alpes

Elle organise une réunion d’information à Montreuil le 15 novembre à laquelle toute personne (élue représentant elle-même ou sa collectivité) est invitée pour faire connaissance.

Tous Migrants salue et encourage cette initiative, qui s’inscrit dans le même esprit que la Lettre ouverte des élus des Hautes Alpes qui avait recueilli en juin 2017 plus de soixante signatures. Nous proposons aux élu.e.s qui le souhaitent de nous tenir informés de leur intérêt et participation. Nous pourrons ainsi faire écho à l’engagement grandissant des élus, facteur important d’adhésion de l’opinion publique.

 

CONSEILS DE LECTURE

– Létat de la situation dans le Briançonnais : document de travail et de mobilisation Tous Migrants régulièrement mis à jour

– La fiche pratique Comment agir actualisée.

– Un nouveau rapport sur le rôle politique de la violence policière à la frontière réalisé à partir d’une analyse de la situation du Briançonnais

– L’issue positive d’un référé liberté (article du Dauphiné Libéré): l’inspection d’académie des Hautes-Alpes condamnée par le tribunal administratif de Marseille à scolariser trois jeunes mineurs

– Une interview réalisée par Bastmag auprès de la sociologue et géographe Camille Scmoll, auteure de Méditerranée, des frontières à la dérive: « Les politiques migratoires actuelles ne sont pas rationnelles, elles sont juste électoralistes »

– le Serment du CentQuatre pour l’accueil des migrants, signé par Politis, Mediapart, Regards, Bastamag, L’HumanitéAlternatives économiques, le Bondy Blog, Là-bas si j’y suis, La Marseillaise, Siné Mensuel et Le Courrier des Balkans et lu le 25 octobre lors de la soirée de Solidarité organisée au Centquatre à Paris.

– Et pour ceux qui seront arrivés jusqu’ici, en guise de bonus, découvrez l’émouvant court d’animation de Michel Digout sur le parcours d’une exilée…

Sans étiquette politique ou religieuse, Tous Migrants est un mouvement citoyen pacifiste de sensibilisation et de plaidoyer né en septembre 2015 autour du drame humanitaire des migrants en Europe, qui a pris le statut d’association loi 1901 fin 2016. Fort de l’adhésion de plus de 600 citoyens à la cause qu’il défend, plus de 8300 abonnés Facebook et 2300 destinataires de sa Lettre d’information, Tous Migrants mène des actions complémentaires dans le Briançonnais : veille et partage de l’information via une newsletter périodique, un site web et une page Facebook, conférences, cinés-débat, ateliers d’écritures, manifestations artistiques ou culturelles de soutien, campagnes de plaidoyer, actions en justice… 

L’action de Tous Migrants repose sur trois principes directeurs :
– C’est en renforçant le lien social local, en ouvrant des espaces de dialogue, d’échange, de convivialité et de solidarité avec notre voisin d’ici (« l’autre d’ici ») que nous accepterons naturellement notre voisin de là-bas (« l’autre de là-bas », étranger, exilé, migrant, réfugié,…);
– Chacun d’entre nous peut « faire sa part », à son échelle, pour contribuer à la résolution de la crise humanitaire actuelle, y compris en plaidant pour l’adoption de décisions politiques conformes aux droits humains fondamentaux, tels que définis notamment par la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme et la Convention Internationale des Droits de l’Enfant. Il en va de notre humanité et de notre dignité. Il en va de notre humanité et notre dignité;
– Les moyens que nous utilisons doivent être conformes aux fins que nous poursuivons. C’est pourquoi notamment le respect des principes de la non-violence doit orienter toutes nos actions.

Contact: tousmigrants@gmail.comwww.facebook.com/tousmigrants, www.tousmigrants.org, twitter@Migrants Tous 

Tous Migrants. Tous droits réservés.

Ce contenu a été publié dans Secours Catholique. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.