Les belles vertus

L’Esprit suffit-il?

 

D’après un apophtegme d’un Père du Désert

La croisade contre les Albigeois (appelés cathares) ravageait les terres d’Oc.

Il advint qu’un moine bénédictin, en route vers ces contrées, demande l’abri contre l’orage menaçant à un couvent de bénédictins.

Reçu par le père abbé, il lui fait part de son étonnement à voir les frères travailler :

« Ne travaillez pas pour les choses périssables. Marie, en effet, a eu la meilleure place »

Le père abbé dit au frère hôtelier :

« Conduis ce prêcheur dans une cellule vide et donne lui un livre ! »

Quand arrive la neuvième heure, le dominicain dans sa cellule guette les bruits pour voir si on vient le chercher pour le repas, mais personne ne l’appelle.

A Vêpres, il dit au père abbé :

« Les frères ne mangent-ils pas aujourd’hui ? »

La réponse fut : si fait.

« Alors pourquoi ne m’avez-vous pas appelé ? »

L’abbé répond :

« Parce que tu es un homme rempli de l’Esprit, tu n’as pas besoin de ces nourritures ! Mais nous autres étant charnels nous tenons à manger et pour cela, nous travaillons !

Toi, tu as choisi la meilleure part, tu lis et tu prêches toute la journée, tu ne veux pas de nourriture terrestre. »

Quand le dominicain, confus,s’agenouille pour demander pardon, le père abbé lui dit :

« Certainement Marie elle-même a eu besoin de Marthe et c’est grâce à Marthe que Marie a été louée »