PASTORALE 2019-2020

Paroisses catholiques des Hautes Vallées

Clarée – Durance – Cerveyrette – Briançon

Rentrée Pastorale – Dimanche 22 septembre 2019

Une rentrée : joie de retrouver des amis, des personnes avec qui l’on a des affinités ; joie de reprendre des activités, même s’il y a le côté laborieux de relancer, de redonner du mouvement à de multiples choses. Une occasion particulière aussi pour se poser la question : qu’est-ce que c’est qu’une paroisse ? Qu’est-ce que cela signifie ?

Une famille qui se retrouve, qui se découvre quelquefois au-delà des affinités. Comme un appel aussi : des frères des sœurs à connaître, à aimer, puisque Jésus m’y invite ; là il y a souvent du travail ! Je suis toujours étonné, après cinq ans au milieu de vous, de m’apercevoir qu’un tel ne connait pas un tel, alors que les uns et les autres tiennent une part importante dans la vie de la communauté.

Exigence de la paroisse, de la communauté chrétienne : comment ferons-nous au Royaume de Dieu ? J’aurai tant de frères à connaître, à aimer… et si je commence maintenant ce sera déjà acquis au paradis… sans compter qu’avec mes frères ici-bas (surtout avec ceux que je n’ai pas choisi), j’ai la chance de faire un pas en sainteté dès à présent.

Une rentrée : occasion aussi de faire un inventaire.

Les belles choses, dynamiques, heureuses ; les choses plus délicates, plus fragiles : comment assurerons-nous en paroisse notre part de « service public », de ministère, c’est-à-dire la place qu’il me revient de tenir pour participer à l’annonce de l’Evangile, pour faire connaître à d’autres le beau visage de Dieu et la joie de lui faire confiance. Sans compter que pour bien témoigner de l’amour de Dieu, la communion entre nous, frères et sœurs, est incontournable : beau point d’attention, beau chantier auquel s’atteler sans désespérer. Cependant, peut-être aurai-je besoin de soutien de la part de mes frères dans la foi : où vais-je le trouver ?  Peut-être aurai-je besoin de consolider ma foi : où vais-je chercher cet apport ?

Aussi, après ces premiers mots, j’aimerais vous partager quelques richesses, quelques fragilités, quelques projets pour cette année qui se présente à nous.

La joie d’accueillir un petit nombre d’enfants inscrits au catéchisme, à l’aumônerie ; et la crainte aussi du manque d’engagement des parents pour les accompagner : cinq groupes de catéchèse seront assumés par la même personne…

La joie du soutien de « l’équipe funérailles » auprès des familles endeuillées ; et le souci de voir ces personnes dévouées s’épuiser à cette tâche sans voir de relève pointer à l’horizon.

La joie d’une belle organisation pour le fonctionnement de notre ensemble paroissial ; et l’inquiétude quant au financement de la rémunération de nos deux salariés : le remplacement de notre secrétaire paroissiale est aujourd’hui délicat au regard du déficit récurrent de nos paroisses ; prochainement, une présentation nous aidera à mesurer nos difficultés et ce en quoi celles-ci nous obligent, chacun à notre niveau.

La joie de la grande solidarité envers les plus pauvres de notre territoire : ceux qui cherchent à y survivre, ceux qui le traversent avec angoisse et sans espoir. Mais là aussi : comment renouveler le visage du frère compatissant et allant au-devant du frère en souffrance ? Comment aussi ne pas oublier les exigences d’une vie solidaire et respectueuse de tous et de la planète, dans une considération mondiale ?

Je pourrai continuer cet inventaire de façon plus exhaustive. Mais il est temps maintenant de présenter quelques pistes de cheminement : elles nous seront proposées tout au long des mois qui viennent.

Merci tout d’abord à la soixantaine de personnes qui auront fait écho au sondage de cet été sur « la place de la Parole de Dieu dans nos vies » : cela nous aide, avec le conseil pastoral, à mettre en œuvre un projet pour nous permettre de toujours mieux accueillir cette Parole : durant ce premier semestre, tous les 15 jours, le Père Jean-Marie Dezon proposera un approfondissement, une méthode pour mieux pénétrer dans l’intelligence de la Bible. Et dans un deuxième temps nous compterons sur certains d’entre vous pour aider à développer cette connaissance au-delà de nos cercles habituels. Ceci viendra en complément des propositions déjà existantes depuis des années.

La mise en route de ce projet se fera le Samedi 12 octobre – à 16h30 – salle Ste Thérèse.

En alternance tous les 15 jours, nous proposerons aussi une lecture suivie du beau texte du Pape François : « la Joie de l’Evangile ». Nous y puiserons un renouvellement des fondements de nos engagements de chrétien. (Prévision : le jeudi, fin d’après-midi)

Nous espérons aussi pouvoir nous appuyer sur quelques conférences du Père Jean-Dominique Dubois au cours de cette année, dans le cadre de la formation permanente donné par le Diocèse.

Durant le mois d’octobre, « mois missionnaire extraordinaire », une « mission » de prière vous sera confiée, de façon individuelle ou en groupe, adossé à la prière de Marie. La mission s’enracine dans la prière ; la mission trouve sa flamme dans la sainteté : au terme de ce même mois, nous inviterons largement à une veillée de la Toussaint – le 31 octobre – pour se réjouir à la lumière de Celui qui anime la vie des amis de Dieu. Que celles et ceux qui souhaiteraient la préparer se manifestent au secrétariat.

Au mois de novembre, je souhaiterais pouvoir participer avec un grand nombre de paroissiens à la journée diocésaine des « acteurs en liturgie » à Notre-Dame du Laus : notre secteur du nord du diocèse brille par l’absence d’équipe de liturgie… Lors de mon arrivée à Briançon, nous avions essayé de lancer une dynamique de cet ordre. Peut-être est-ce aujourd’hui mûr pour que cela prenne forme ? Merci aux deux dames qui depuis deux ans au moins, préparent fidèlement la prière universelle de nos dimanches. Peut-être souhaiteraient-elles être soulagées… Notez donc bien cette date du 16 novembre. Car les grandes fêtes de l’année liturgique vont bien sûr nous mobiliser ; mais cette mobilisation est aussi importante puisque nous aurons la responsabilité d’accueillir durant la semaine Sainte la belle célébration diocésaine de la Messe Chrismale – mardi 7 avril.

Je n’ai encore pas évoqué la réalité géographique du large territoire du secteur inter-paroissiale des hautes vallées du Briançonnais. Ma pensée et ma préoccupation se dirige aussi vers les habitants de ces villages plus éloignés d’un centre-ville, et qui plus que jamais, sont en attente de cette annonce de l’Evangile. Comment assurer cette mission, comment proposer la foi à de jeunes familles qui s’installent aujourd’hui à Névache, à Cervières, à Montgenèvre ? Un pèlerinage pour les vocations a traversé notre vallée cet été ; nous irons à notre tour prier pour cette intention dans un pèlerinage à Notre-Dame du Laus les 1er et 2 mai ; d’autant plus qu’un pèlerinage, c’est aussi l’occasion de vivre une belle démarche de paroisse ! Parallèlement, quelles mesures, quelles dispositions pourraient aider nos villages à s’entraider, à se soutenir dans cette mission d’évangélisation : les bonnes idées sont les bienvenues, pour peu qu’elles soient aussi portées par un engagement personnel.

 Et puis, une perspective certes plus lointaine (automne 2020) : nous aurons la joie d’accueillir notre évêque dans sa démarche de « Visite Pastorale » : une semaine, pendant laquelle il prendra son bâton de berger pour vivre avec nous cette joie de l’Evangile dans nos vallées, dans nos villages, avec le souci d’encourager les « disciples missionnaires » que nous devons apprendre à être ou à redevenir tous ensemble, selon un vœu très cher à notre pape François.

Sous-jacent à ce « paysage » d’ombres et de lumières, comme l’automne aime souvent nous en peindre, il y a la profonde confiance dans le fait que le Seigneur n’abandonne pas ses enfants qui se confient en Lui ; ses chemins nous déconcertent souvent ; mais « à qui irions-nous Seigneur ? Tu as les paroles de Vie Eternelle ! ».

Ensemble donc, avec confiance et joie, osons l’aventure de la Foi en Jésus Christ, la seule qui comble véritablement le cœur de l’être Humain.

JM Bardet, Curé