Bulletins du Secteur

Feuillet de communication du secteur inter-paroissial du Briançonnais – N°3 – Janvier 2016 Renseignements et contacts : Maison Paroissiale -17 rue Alphand – 05100 Briançon  /  Secrétariat : Tel 04 92 20 04 10 Courriel : paroissedebriancon@orange.fr

Réchauffement ? (vous avez-dit…)

jm752_2b.jpg (291×216)        A vos souhaits !

Que d’évènements dans notre monde depuis notre dernière feuille de nouvelles diverses.

Certains parlent de réchauffement, d’autres craignent une période de glaciation des relations humaines, d’autres encore en appellent au feu de la justice divine…

Monstruosités quotidiennes, décès qui font violence même au plus près de chez nous, réalités économiques qui poussent chacune et chacun au repli sur soi, sur ses propres avantages à protéger à tout prix, en oubliant sans doute que nous vivons la même maison commune…

« Lorsque le sage montre la lune, l’imbécile regarde le doigt ». Serions-nous de ceux-ci ?

Pourtant, de ci, de là, certaines et certains œuvrent à une « résistance » ; des mots, toujours des mots me direz-vous… Mais pourquoi porter crédit à ces mots-ci plutôt qu’à ces mots-là ?

Une encyclique, reprenant avec force la doctrine sociale de l’Église, dans le contexte d’un désastre climatique et social : des mots, encore des mots,… mais portés par un homme, des hommes, des femmes, dont les gestes deviennent aussi paroles, et les paroles des actes.

Des signes, des lueurs d’Espérance qui ne cessent de laisser au moins pointer la lumière, condition pour qu’un jour meilleur puisse advenir et auquel nous pourrions prendre part ! Un arbre qui tombe fera toujours plus de bruit qu’une forêt qui pousse ; faut-il pour autant se laisser fasciner par ceux qui font le plus de bruit, le plus de morts ?

A Noël, ce ne sont pas des mots qui ont résonné de fort loin, mais une Personne qui s’est livrée de tout son Corps, de tout son Cœur pour que l’Amour Divin ensemence enfin la glaise de notre humanité.

En serons-nous des témoins courageux et audacieux ?

Je vous souhaite toute une Bonne Année pour vivre cela !

Jean-Michel BARDET, Curé

IMG_20141018_013401.jpg (800×966)             Chers fidèles,

Le Saint-Père nous a donné cette année une grâce quand il a annoncé la « misericordiae vultus ».

Et ce n’est pas comme une œuvre perdue ou un travail oublié, même pas pour nous rappeler notre devoir envers la miséricorde. Mais comme un temps de prière, un ressourcement de notre foi : « le mystère de la foi chrétienne est là tout entier ». Un recueillement en silence devant notre humanité fragile et fatiguée, un baume pour soulager l’homme blessé dans un monde loin et déchu.

C’est une grâce d’entrer devant le Saint des saints, avec nos sacrifices de louanges, à la crèche devant le Maître de la création, l’Auteur de la miséricorde : « Jésus Christ est le visage de la miséricorde du Père ».

Les racines du terme miséricorde dans la Bible viennent du mot hébreu « rahamim » qui signifie « entrailles ». La miséricorde apparaît comme l’attachement d’un être à un autre. Alors, le terme « rahamim » désigne l’attachement qui unit Dieu à l’être humain : les entrailles de Dieu frémissent en pensant à l’homme. Ainsi Dieu s’émeut avec tendresse comme un père et une mère à l’égard de leurs enfants.

La langue hébraïque, pour donner le sens de la miséricorde, a pénétré les entrailles comme un lieu ; de même la langue latine a pénétré un autre lieu humain : le cœur. La miséricorde est dérivée du mot « misericordia » – miseria cordis – qui a pitié, compassion pour la misère.

Dans les deux langues, la miséricorde est un lieu, un lieu de rencontre, un creuset pour notre foi, un feu purifiant pour notre vie, une joie partagée avec nos frères.

La miséricorde de Dieu trouve son apogée dans le mystère de l’incarnation, où Dieu « envoya son Fils, né de la Vierge Marie, pour nous révéler de façon définitive son amour, à travers sa parole, ses gestes et toute sa vie », pour nous dire que « la miséricorde sera toujours plus grande que le péché ». Sa justice devient alors une libération pour ceux qui sont esclaves.

La miséricorde est un mot-clé pour indiquer l’agir de Dieu envers nous. Ainsi, la miséricorde sera notre misère retravaillée selon l’amour divin. De plus, «Jésus affirme que la miséricorde n’est pas seulement l’agir du Père, mais elle devient le critère pour comprendre qui sont ses véritables enfants ».

Le Saint-Père espère que cette année, vécue dans la miséricorde, nous rendra plus ouverts au dialogue pour mieux connaître notre mission envers nos frères et dans notre monde.

Père Sami


 

Collectif « Ensemble Vivre » :

2015 10 11 (2)A la suite des évènements qui ont marqué notre pays en janvier 2015, les réactions nombreuses et diverses, recouvertes spontanément par le vocable collectif «je suis Charlie », ont incité les responsables des communautés chrétiennes du briançonnais à alerter tout d’abord, dans un dialogue au cœur de la laïcité, sur les risques de stigmatisation de l’Islam d’une part, et de toute réalité religieuse d’autre part. Suite à cette mobilisation, proposition a été faite à la communauté musulmane présente à Briançon de s’associer à une initiative de connaissance mutuelle entre ces différentes confessions, et de recherche de propositions communes visant à enrichir le débat public au sujet de la place des religions dans la société française.

Un collectif interreligieux et laïc est né de ces rencontres ; il porte désormais le nom « Ensemble Vivre ». Il vise à contribuer à une fraternité au sens laïc du terme et souhaite aussi servir la réflexion avec les pouvoirs publics en invitant tout citoyen à entrer dans cette démarche de reconnaissance mutuelle pour une concorde sociale, culturelle, spirituelle et humaniste.

Les participants fondateurs présents à Briançon : Communauté Catholique du Briançonnais, Centre Evangélique Briançon, MJC Centre social du Briançonnais, Métropole Orthodoxe Grecque de France, Patriarcat de Constantinople, Association Maison de l’Orient à Briançon, Eglise Protestante Unie.

Trois initiatives se sont déjà concrétisées :

Ayant entendu le souci porté par la Municipalité de Briançon quant à la situation dramatique de milliers de personnes jetées sur les routes de l’Europe à la recherche d’une humanité fraternelle, « Ensemble Vivre » a manifesté sa volonté de s’associer à l’accueil de « réfugiés » fuyant des guerres fratricides et des injustices économiques, sociales, ou de tout autre ordre. Les différentes confessions représentées dans ce collectif proposent, ensemble, de contribuer d’une façon ou d’une autre à cet accueil, chacune selon ses compétences et ses moyens.

Le 24 octobre 2015, à Villeneuve la Salle, « Ensemble Vivre» et d’autres partenaires ont accueilli la pièce de théâtre « Pierre et Mohamed – Algérie 1er août 1996 » d’Adrien Candiard. Cette œuvre donne à entendre le dialogue d’une amitié scellée jusque dans le sang entre Mgr Claverie, Evêque d’Oran, et son chauffeur M. Bouchikhi, tous deux assassinés lors du même attentat, à la même période que les moines de Tibhirrine. Une soirée qui aura rassemblé 120 personnes, avec cette conviction : « Le dialogue est une oeuvre sans cesse à reprendre : lui seul nous permet de désarmer le fanatisme en nous et chez l’autre »

Le 18 novembre, à la suite des nouveaux attentats parisiens, le collectif aura invité la population briançonnaise à se rassembler pour un recueillement interreligieux sur la place Iqbal Masih (devant le parvis de l’église Sainte Catherine) ; au moins 400 personnes ont vécu ensemble cette prise de conscience que la recherche commune du vivre ensemble, dans le respect des différences, la prévalence de la dignité de tout homme, et l’amour de son prochain, pourront venir à bout des combats de notre siècle.


Un nouveau Conseil de Doyenné

Ce dernier trimestre 2015 a permis la constitution d’un Conseil de Doyenné renouvelé ; voici donc la liste des membres élus ou désignés qui participeront à la réflexion pastorale de notre grand secteur, apportant les échos des nombreux villages de nos vallées ou des mouvements d’apostolat divers présents sur ce territoire. Merci aux membres qui quittent ce conseil après de longues années de présence fidèle et généreuse ; merci à celles et ceux qui accueillent aujourd’hui cette nouvelle mission pour trois années.

Les mouvements et services :

Pastorale des Jeunes : Christel DUJARDIN – Enseignement catholique : Franck VERMET Mouvements caritatifs : Jean-Yves MONTALAIS – Pastorale de la Santé : Colette SALLE Communication : Cécile VICARI – Pastorale du Tourisme : Hugues CHARDONNET

Les membres de droit :

Père Jean-Michel BARDET, Curé Doyen du Secteur Briançonnais – Père Victorien RAZANAMPARANY, Curé du Secteur Les Ecrins – Père Jean-Pierre MOLLON, Curé du Secteur La Grave Romanche Diacre : Jean-Marc BEAUSSART – Conseil économique : Jean-François PEGUY

Les représentants paroissiaux :

La Grave/Romanche : Jean-Max DABOURDY – Chantemerle/St Chaffrey : Simon ASTIER Monêtier : Madeleine BAYARD – La Salle/Le Bez : Marie-Françoise HUMEAU – Cervières : Bernadette BRUNET – Névache/Plampinet : Jeanne-Marie MARSELLI – Val des Prés/La Vachette/Les Alberts : José BERNABEU – Montgenèvre : Christiane BARBERO – Briançon : Patricia EYMARD et Pascale MANIFICAT – Villard St Pancrace : Vincent BEAUVINEAU St Martin/Prelles : Marinette COURCIER – Les Puys : Brigitte et Laurent GRENET-Champcella/La Roche de Rame/Freissinières : Joël PEGUET – L’Argentière/Les Vigneaux : Marie-Jo RODET – Vallouise/Pelvoux/Puy Saint Vincent : Alain LEPOIVRE

Les personnes nommées :

Marie-France ALPHAND, Pères Jean-Liset RANDRIAMANANTENASOA, Edouard LECONTE, Sami El HAYEK.


 

hugues019.jpg (1902×2616)     La paroisse accueille un groupe de Manouches :

Douze jeunes adultes du campement de Montmagny, au nord de Paris, ont été accueillis, une semaine dans les locaux du 49, route de Grenoble, à Briançon.

Cet accueil est possible grâce à une collaboration avec l’association ATD Quart Monde : Damien et Christophe, deux volontaires d’ATD ont su motiver ces jeunes à monter un projet de découverte de l’alpinisme dans nos belles montagnes. C’est l’association 82-4000 Solidaires qui assure l’encadrement des participants.

Plutôt habitués à se faire rejeter de partout, nos jeunes sont un peu réservés au départ. Mais très vite leur enthousiasme fait chaud au cœur dans toutes les activités proposées : marche en raquettes, igloo, cascade de glace, ski de fond, ski alpin, vie en refuge et découverte de l’altitude. Sans compter la soirée théâtre et le restaurant.

Pour ces jeunes, profiter et participer à tout ont été les deux maitres mots de la semaine. Même quand c’est dur, il faut tenir bon. « On n’a pas lâché ! » dit Cindy, toute fière, lorsqu’il a fallu marcher en raquettes jusqu’au refuge. En cascade de glace, Zidane évolue déjà presque comme un habitué. Premier à Commencer, dernier à partir ! Sa motivation prouve aussi son aisance à escalader. Il est d’ailleurs très présent pour donner des conseils aux autres.

Un soir nous avons la chance d’assister à un spectacle sur la marginalisation des gens du voyage, sujet éminemment sensible pour eux. Et le soir lors du repas : « L’histoire était vraiment bien car ils défendent les gens du voyage. C’était très bienfait ».

« Nous ne sommes pas pareils, mais nous vivons cette même exclusion. »

Le jour du refuge, le guide qui nous accompagnait (Gérard Lambert) a été très touché par leur motivation pour dégager la porte et mettre en ordre le refuge. Leur efficacité a en effet été « bluffante » après une marche fatigante ! Le soir, dehors, devant la beauté de la voie lactée, Mandy nous confie :

« J’aurais voulu que mes parents soient là pour voir ça ! »

En fin de séjour, Mandy s’exclame : « J’aimerais vraiment rester là, sérieux, je ne veux plus repartir ! ».

Et ces deux phrases ont été bien souvent répétées tout le long de ce séjour !

Hugues


Équipe d’accompagnement aux Funérailles

Dans les années 2002, une formation sur 2 années avait été proposée pour les laïcs du secteur des paroisses du doyenné du Briançonnais (avec diacres et prêtres) sur «l’accueil des familles en deuil, et célébrations des funérailles avec ou sans prêtre, avec ou sans eucharistie ». Cette formation avait été assurée par Mme Paturle, du service liturgique du diocèse de Grenoble. Il nous avait été dit : « Formez- vous à ce service, tant que vous avez encore des prêtres dans vos petites paroisses » pour accompagner le prêtre pour la célébration, recevoir avec lui la famille en deuil, écouter cette famille, puis préparer avec elle le déroulement de la célébration, dans la mesure où elle est réceptive à cette démarche.

Depuis 2005, avec diacres et prêtres du secteur de Briançon, des laïcs qui acceptent de se former pour ce service si délicat continuent dans une même dynamique. Un prêtre nous avait dit en 2005 : « Aucune célébration de funérailles avec le prêtre seul ne devrait plus avoir lieu, il est indispensable qu’il y ait une équipe avec lui, et pas seulement pour l’aider sur le plan matériel, mais pour participer au nom de la Communauté chrétienne : accueil des familles, accueil liturgique au nom de la communauté le jour des obsèques, participation active à la célébration, accompagnement au cimetière avec une parole du dernier adieu, si la famille le souhaite, avec le souci de ne pas ne laisser seules les familles au cimetière ».

A partir de l’année 2005, nous avons dû de plus en plus animer des célébrations en absence du prêtre. Dans ces cas, nous procédions toujours en équipe : 3 ou 4 personnes avec la participation des familles, si possible, pour la lecture des textes ou parfois des témoignages.

Depuis cette époque, nous continuons des formations : en diocèse à Gap, avec celui de Digne (2008 et 2009) ; sur Briançon (2009 à 2011) ; session de formation à l’écoute, puis sur « Comment vivons- nous ce service » ou encore «Les rites funéraires » par des psychologues chrétiennes ; travail sur le deuil avec Guilaine Gendron et Mara Giachino.

Des rencontres bimensuelles nous donnent l’occasion d’un temps de prière et partage d’Evangile, d’une relecture de diverses célébrations de funérailles, d’un échange sur nos difficultés, nos manques, et de planifier les disponibilités des uns et des autres : une équipe de permanence composée de deux personnes est annoncée sur la feuille hebdomadaire de la paroisse. Ces équipes, suivant le cas, peuvent se faire aider dans les villages ou les quartiers par « des Personnes Relais » que l’on aura contactées, ou bien par des amis de la famille du défunt qui sont consentantes pour collaborer à la célébration.

Cette pastorale des funérailles reste un service très fort et nous apporte beaucoup ; mais nous ne nous installons pas en « fonctionnaires du poste » : nous sommes en recherche de relève et à l’écoute des chrétiens qui nous entourent et accepteraient de s’engager si nous les sensibilisions à ce service.

Merci à ceux qui entendent cet Appel.

« Ce n’est pas la famille qui est à notre écoute, c’est nous qui avons mission de l’écouter. Il faut se sortir de l’inquiétude de construire une cérémonie, en premier lieu « écouter la souffrance ».

« L’écoute, c’est une ouverture à l’autre, une disponibilité »

« Le rituel des funérailles : c’est pouvoir dire «au revoir», il est aussi fait pour la communauté des vivants »

Un membre de l’équipe

« Présentes depuis des années auprès des familles en deuil de notre Secteur, j’ai «missionné» les personnes de ce Service Pastoral important, par une lettre et un « envoi » pastoral, lors de la messe « pour tous les défunts» célébrée à Ste Catherine le 2 novembre 2015. Cette équipe est composée de 18 membres œuvrant sur la Guisane ou le « large » Briançon. Une façon de reconnaître la disponibilité, la compétence, mais aussi de redire l’importance de la participation de tous dans ce lieu d’humanité et d’Evangile que constitue l’épreuve du deuil. Au même titre qu’une équipe de Catéchistes, l’équipe des Funérailles reçoit’ mission de participer à l’Annonce de l’Espérance, d’animer la prière auprès de leurs frères dans la peine, de soutenir la vie de la communauté, accomplissant ainsi la mission baptismale en Communion avec le Père Curé. Cette mission est reçue pour une durée de trois ans. Elle trouve tous son sens en cette Année de la Miséricorde ».

Père Bardet – Curé

Equipe d’Accompagnement aux Funérailles : Robert ARNAUD, Simon ASTIER, Madeleine BAYARD, Marie- Hélène BOREL, Jean-Paul FINE, Robert FRAPPAT, Éliane FRAPPAT, Dominique GANGLOFF, Élisabeth GONDRE, Christiane LEBLANC, Serge LEROYER, Jeanne-Marie MARSELLI, Roger MARTIN, Monique