ACAT

 Groupe Local des chrétiens pour l’abolition de la torture du Briançonnais » Association Loi 1901 dont le siège est situé au Presbytère, 17 rue Alphand, 05100 Briançon, près de l’Eglise Sainte Catherine.

Notre prochaine réunion
Vendredi 3 octobre 2017 à 9h45
Maison Paroissiale de Briançon ~ 17 rue Alphand
Site Internet : ACAT France
Traits d’Union : Livret Régional / Livret Hautes-Alpes

♦ ♦ ♦ ♦

 Actualités

JE CORRESPONDS AVEC UN CONDAMNÉ À MORT

Depuis plus de vingt ans, l’ACAT accompagne près de deux cents personnes dans leur correspondance avec des condamnés à mort. Expérience enrichissante et très forte, écrire à un détenu, c’est construire un échange plein d’humanité.

 

S’opposer à la peine de mort et briser l’isolement

L’ACAT met en lien des condamnés qui en font la demande et des personnes désireuses de s’engager dans une action concrète de solidarité. Pour les prisonniers, les lettres reçues sont « des bouffées d’oxygène et une fenêtre sur l’extérieur » témoigne une correspondante. Au-delà d’un précieux soutien moral, la correspondance leur redonne souvent le courage de poursuivre les procédures judiciaires pour faire appel de leur condamnation. Pour les correspondants, écrire c’est « apporter de l’amour, de la joie et du temps à une personne enfermée » et c’est tisser des « liens forts » dans la construction « d’une relation sur le long-terme et d’une belle amitié ».

Lutter contre la déshumanisation des détenus

Les États-Unis figurent encore sur la courte liste des démocraties qui pratiquent la peine de mort. En 2016, trente détenus ont été condamnés à mort et vingt détenus ont été exécutés. Bien que ces chiffres soient en constante baisse, environ 3 000 personnes attendent toujours la date de leur exécution dans les sinistres couloirs de la mort. Les conditions de détention y demeurent particulièrement inhumaines. Une grande partie des condamnés sont enfermés 23 heures sur 24 dans leur cellule de moins de 5 m2, ne peuvent interagir avec leurs codétenus et pour certains sont privés de tout contact physique y compris lors des visites de leurs proches.

Correspondre avec un condamné à mort, un engagement réfléchi

Aucune compétence particulière n’est requise pour correspondre avec un condamné à mort, hormis que les échanges se font en anglais ou en espagnol et à raison d’au moins une lettre par mois. Mais si la correspondance représente une expérience humaine riche, elle est aussi une grande responsabilité. Elle implique un engagement de longue durée vis-à-vis d’une personne pour qui les courriers représentent souvent l’unique lien avec l’extérieur. Il faut être conscient que les échanges écrits peuvent se conclure par l’exécution du détenu avec lequel se sont noués des liens affectifs forts.

Inscrivez vous au parrainage

 ***************

Pour tout renseignement vous pouvez téléphoner
Paroisse de Briançon : 04 92 20 04 10
Présidente ACAT Briançon : 04 92 46 19 75

Envoyer un courrier par voie postale :
ACAT de Briançon
17 rue Alphand – 05100 Briançon

Ou par mail :
acat.briancon@orange.fr

acat-ste-catherineC’est ici que nous nous réunissons, une fois par mois, pour prier et pour échanger sur l’actualité, nos doutes, nos craintes et notre espérance. Nous sommes près d’une dizaine dans l’équipe et nous accueillons volontiers tous ceux et toutes celles qui souhaiteraient partager cet instant pour se recueillir avec nous.

Bien sûr, notre référence est l’ONG « Action des Chrétiens pour l’abolition de la torture » ou pour faire plus simple : l’ACAT, et notre regard est tourné vers Paris où se tient son siège. Nous recevons épisodiquement des informations par voie postale,  mensuellement le magazine chrétien des droits de l’homme : « Courrier de l’ACAT », et quotidiennement nous pouvons puiser à la source d’informations sur le site Internet qui est régulièrement mis à jour, véritable fenêtre sur le monde.

L’appel du mois est une lettre d’intervention qui concerne une situation générale, propre à un pays, une région, une communauté, une catégorie de personnes, un régime politique, etc. Sa vocation plus générale en fait un outil de sensibilisation très fort à tous les manquements aux droits de l’homme dans le monde entier. Les militants de l’ACAT-France le distribuent une fois par mois à la sortie des cultes mais aussi dans les aumôneries, ou tout autre lieu de passage. Cet appel du mois est tiré entre 50 000 et 100 000 exemplaires selon les mois.

 

Pour récupérer le module de l’appel  du mois et signer on-line  cliquer ici

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *