Appel des catéchumènes

Appel décisif des catéchumènes – Diocèse de Gap et d’Embrun – 2017

Collégiale de Briançon

______________________Homélie

Pour qui se prend-il celui-là ? Combien de fois avons-nous réagi ainsi vis-à-vis d’une personne qui n’aurait pas su rester à sa place ? Combien de fois des personnes ont-elles réagi ainsi lorsque nous-mêmes, n’avons pas su tenir notre place ?

Cette prétention humaine, cette suffisance, cette assurance si mal placée, qui engendre tant de déséquilibre ; de déséquilibre en déséquilibre, tant de catastrophe et d’horreur.

Ainsi pourrait-on reprendre ce texte de la Genèse où se lit de façon symbolique cette triste loi de la mort qui gangrène la nature humaine. Elle est d’ailleurs effrayante cette tentation, qui fait soudain glisser l’homme d’une confiance originelle à une méfiance, puis à une défiance qui deviendra mortifère : quand le ver est dans le fruit, le mal est grand et durable.

Et saint Paul de reprendre cette logique du mal trouvant son terreau
dans le cœur de l’être humain. Mais il la décrit pour mieux
lui opposer cette voie nouvelle, cette humanité nouvelle que le Christ vient planter au cœur d’un nouveau jardin.  Il décrit la logique contagieuse du mal pour mieux nous présenter l’heureuse et tout autant contagieuse croissance du bien, pour autant que celui-ci rencontre des cœurs désireux de cette vérité, de ce bonheur.

Ce qui de fait est impossible à l’homme, de combattre victorieusement cette œuvre de mort, voici que cela devient possible en Celui qui, bien que pleinement Homme, demeure également pleinement Dieu.

Et ce combat du bien et du mal ne trouve d’issue que si l’homme se laisse incorporer à l’humanité nouvelle : le Christ lui-même. C’est bien là le cœur du sens du baptême, où l’homme est introduit au cœur de cette Alliance divine renouvelée.
Ainsi, la perspective du baptême de nos frères et sœurs ici présents nous permet de rendre grâce pour ce chemin que Dieu ouvre pour des femmes et des hommes de notre temps.

Il s’agit pour vous chers catéchumènes, de monter dans cette barque, dans cette arche nouvelle où l’homme est rétabli dans

la confiance de son Dieu. Vous avez posé plus qu’un pied dans l’embarcation ; et aujourd’hui, jour d’un appel décisif, c’est Dieu lui-même qui vous redis :

« Viens ! Embarques dans ce parcours de vie où la mort n’aura plus le dernier mot.

Viens ! Rejoins tes frères avec cette espérance folle  que l’amour et    le pardon sont plus forts que la haine. »

Vous aurez bien sûr à mener le même combat que le Christ, mais pas sans lui. Vous aurez à choisir de ne pas vous satisfaire de l’immédiateté, de ce qui rassasie sans nourrir, mais d’accepter d’avoir faim chaque jour davantage de l’Amour véritable :

Vous aurez à lutter pour ne pas succomber à la pernicieuse musique de la méfiance, de la défiance, du jugement de l’autre,
de la condamnation qui tue celui qui pourtant est mon frère ;
pour entrer alors dans la confiance inaliénable qui ne désespère jamais de l’autre :

Vous aurez à combattre cette illusion de puissance, d’autonomie suffisante : Lorsque l’on observe ceci sur les traits d’un enfant, belliqueux et boudeur, passe encore ; Lorsque l’on retrouve cela sur le visage de l’adulte : tristesse et désolation. Il nous faut ainsi tous entrer dans l’Alliance, consentir à la relation vitale, et pouvoir dire avec joie : j’ai besoin de l’autre, j’ai besoin de toi, je ne peux pas vivre par moi-même :

C’est l’appel que Dieu vous lance à vivre cette communion sans mesure !

Et si Dieu vous lance cet appel aujourd’hui, c’est bien pour que tous ensemble nous puissions accueillir ce même appel, et redécouvrir grâce à vous, cette fraîcheur originelle de notre vie chrétienne : Dieu veut faire le bonheur de tout Homme.

Ainsi, Il nous appelle à vivre. Et Il nous donne ce temps du carême pour que nous puissions retrouver la force de cet amour, et la joie profonde de croire en lui.

Merci de répondre ainsi  à l’Appel du Seigneur. Que pendant la nuit de Pâques, nous puissions tous être aspergés de cette illumination
que le Seigneur veut vous faire connaître et partager.

À tous bon carême, bon chemin de résurrection !

P. J.-M. Bardet, Vicaire général

__________

Clic : Plus d’images !

Ce contenu a été publié dans Paroisses. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.